Le QI GONG,氣功 une mémoire du souffle embryonnaire commune à tout l’être humain.

L’être humain, dans sa longue quête de spatialisation corporelle, à travers maints et maints tâtonnements, a progressivement découvert les lois de la pesanteur, bases de son équilibre fondamental. Cette découverte lui a permis de développer la connaissance de son corps et des appuis qui lui permettent de croître et grandir à partir des racines de cette conscience.

L’une des grandes étapes de sa croissance et de sa maturation intérieure est liée au travail de l’étirement vertical à partir de son centre de gravité situé autour du bassin. Toutes les civilisations humaines émergent d’un bassin. En se redressant vers le Ciel et en prenant appui sur ses talons, l’être humain dans sa longue quête de la verticalité intérieure se sent à la fois aimanté par la terre et inspiré par le Ciel.

Se sentant inscrit dans l’espace physique qui l’entoure, il diminue très progressivement sa peur archaïque du monde extérieur et réduit son instinct de dévoration. Ses pieds, comme une prise de terre, lui permettent le recul nécessaire par rapport au monde extérieur et libère la crispation de son visage, due à la lutte pour la survie. La maîtrise de la bipédie a libéré ses deux mains et son occiput, donnant à son cerveau à la fois un nouvel alignement et un nouvel espace. L’homo sapiens sapiens est né.

Sa longue évolution est inscrite dans la mémoire de son corps cellulaire et tissulaire. Tout son potentiel spirituel a été déposé par le ciel et tout son potentiel humain offert par la terre. Tourné vers son semblable il sera capable de lui offrir le meilleur de son cœur par une parole aimante, un regard ouvert ou un geste de beauté.

Le souffle central, inscrit dans le corps embryonnaire d’une façon indélébile, comme un passage lumineux entre le coccyx et la fontanelle, est le premier lieu de mémoire sacrée de l’Homme, que tous les anciens sages cherchaient à préserver par l’exercice du Qi Gong.

Les-lecons-de-vie-du-Tao_imagePanoramique647_286

Créé à l’image sacrée, l’enfant porte en lui un projet de vie. Il est destiné à devenir un messager d’Amour, son corps rayonne la Lumière du Ciel… mais, avant ce devenir, un premier parcours d’apprentissage lui est préparé, et il l’accomplit avec patience et persévérance, sans prétention.
Pendant 9 mois de sa vie embryonnaire, il reste intimement relié aux souffle primordial du Cosmos pour recevoir toute la connaissance innée.
Il apprend à se recueillir dans la position d’assise. Il entre en contact profond avec lui-même et est à l’écoute attentive de tout ce qui se passe autour de lui, avec son coeur. Il développe et maîtrise la circulation subtile de son corps énergétique, avec un rythme dansant et une fluidité musicale.
Il attend, tranquillement, le moment où il sera prêt pour prendre sa place parmi tous les êtres humains. Le jour vient… où son corps se déplie, et quitte le bien-être de son univers aquatique maternel pour entrer dans le Monde de la Création. Son corps s’ouvre pour s’ajuster à un autre espace-temps.
Il vit un deuxième parcours d’apprentissage, en libérant la connaissance innée contenue dans sa mémoire embryonnaire, ainsi que toutes les qualités spirituelles déjà acquises. Il fait de sa vie une oeuvre, quelqu’en soit sa forme, qui refléte toute la dimension de l’amour, de la paix et de l’harmonie.

Voilà la genèse du Qi Gong !

(Merci à nos amis de Kar Fung Wu pour cette très belle présentation)

http://www.yang-sheng.org/

fermer la fenetre

Recevez gratuitement 3 astuces pour augmenter votre vitalité


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *